La hausse de 0,25 % du taux directeur de la Banque du Canada changera très peu de choses pour la plupart des gens, estiment des experts.

« Pour bien des personnes, ce ne sera qu’un repas au restaurant de moins par mois », illustre Denis Doucet, de Multi-Prêts.

Cette première hausse en sept ans devrait faire augmenter de la même façon les taux d'intérêt des banques pour ceux qui ont des taux variables et les futurs emprunteurs. Mais ce sont les ménages déjà très endettés, qui vivent d'une paie à l'autre, qui seront vraiment affectés.

Qu’est-ce que le taux directeur ?

La Banque du Canada est la « banque des institutions financières ». Pour celles-ci, le taux directeur de la Banque du Canada est la référence pour déterminer le taux préférentiel qu’elles utilisent pour établir les taux variables et les taux sur les marges de crédit lorsqu’on emprunte. Le taux d’intérêt que l’institution financière paie à la Banque du Canada lorsqu’elle lui emprunte de l’argent est donc le taux directeur qui a été augmenté ce matin à 0,75 %.

Hypothèques à taux variable

Le changement au taux directeur n’affectera pas les gens qui ont déjà un prêt hypothécaire à taux fixe. Les emprunteurs qui ont un taux variable devront payer quelques dollars de plus, mais continueront tout de même de payer moins d’intérêts par rapport à ceux qui ont un taux fixe. En effet, le taux variable devrait être autour de 2,20 % à 2,50 % avec la hausse tandis que le taux fixe devrait se situer entre 2,49 % et 2,99%.

Voici une estimation faite par des experts de ce que devrait représenter l’augmentation mensuelle selon le montant de l’hypothèque.

Marges et prêts personnels

Il coûtera un peu plus cher d’emprunter de l’argent sur les marges de crédit et sur les prêts personnels à taux variables. Du côté des prêts automobiles, qui sont généralement à taux fixes, il ne devrait pas y avoir de changement.

Épargnants, gagnants

Les épargnants sont les gagnants de la hausse du taux directeur puisque les comptes épargnes, les placements garantis ou encore les bons d’épargne du Canada, c’est-à-dire les comptes épargnes dont le capital est garanti, auront un taux d’intérêt un peu plus élevé.

« Les baby-boomers, les gens à la retraite qui dépendent souvent d’un revenu d’intérêts pour leur quotidien seront les plus avantagés. Ce sont des gens qui n’ont souvent pas de dette, leur maison est payée, ils ne sont donc pas touchés pour les prêts. Ce sera marginal comme hausse parce que ces taux sont encore très bas, mais ils pourront tout de même en bénéficier », explique Jimmy Jean, économiste chez Desjardins.

Dollar canadien

Une hausse de taux directeur fait augmenter la valeur du dollar canadien. Un dollar haut fera baisser les prix :

  • des voyages à l’extérieur du pays
  • des aliments importés
  • de l’essence
  • des produits importés

Par ailleurs, même si le coût d’importation des produits est moins élevé, les consommateurs ne verront peut-être pas d’économie sur les tablettes ou à la pompe puisque les entreprises peuvent empocher la différence.

Accès à la propriété

Une hausse des taux d’intérêt peut être un frein à l’accès à la propriété, même si ces derniers sont encore très bas.

« Peut-être que certaines personnes vont avoir un peu peur, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Si les consommateurs ont peur, c’est signe qu’il faut faire preuve de prudence, qu’il faut s’assurer que l’on ne s’endette pas au-delà de notre capacité de payer », souligne Sylvie De Bellefeuille, avocate, conseillère budgétaire et juridique chez Option consommateurs, en rappelant que le taux d’endettement moyen des Canadiens est de 167 %.

L’évolution du taux directeur depuis 10 ans

Source: Journal de Québec 13 juillet 2017

Par CLAUDIA BILODEAU